La décoloration artificielle

5

LA DÉCOLORATION ARTIFICIELLE OU LA DÉPIGMENTATION DE LA PEAU.

  1. conséquences de la dépigmentation de la peau

Aujourd’hui, la problématique de la décoloration de la peau est devenue un sujet d’ordre social. Et pourtant, si l’on en croit le Professeur Dédy Séri, dans sa communication sur le thème : « Culture, Histoire et Santé : la Conscience Sanitaire comme composante du développement de l’Afrique », faite en 2010 lors du colloque sur l’indépendance de la Côte d’Ivoire, à Yamoussoukro, la dépigmentation n’est pas sans conséquences pour les personnes qui la pratiquent.  En effet, Le phénomène de dépigmentation est apparu en Afrique à la fin des années 1960 et a pris de l’ampleur. Au départ, cette pratique néfaste ne concernait que la gent féminine, mais depuis dans les années 2000, elle est aussi le fait des hommes : c’est dire que tout le monde se sent mal dans sa peau noire, et se jette dans la course aux produits de dépigmentation avec ainsi des risques pour la santé par l’utilisation inconsidérée de produits éclaircissants. Ce problème de santé publique (la dépigmentation) qui sévit depuis des décennies, a d’abord frappé les diasporas africaines avant d’atteindre l’Afrique subsaharienne.

Toutefois, quelles sont les raisons, les caractères de la dépigmentation et les résultats qui en résultent ?

Plusieurs raisons expliquent ce phénomène d’éclaircissement de la peau :

-Dans un premier temps, nous pouvons parler d’un complexe datant de la période colonial où le blanc est perçu comme supérieur et où le teint noir est vu comme une malédiction. C’est d’ailleurs les pays avec un passé colonial très brutal qui sont le plus attirés par la pratique de dépigmentation (Sénégal, Côte d’Ivoire, Congo, Mali, Cameroun, Niger, Les deux Congo, etc.).

-Dans un second temps, nous notons que dans la religion chrétienne, les grands personnages de la bible sont blancs, de plus, les oppositions entre le clair et l’obscur, les ténèbres et les cieux, nous montre que le noir est vu comme le mal s’oppose au blanc vu comme le bien.

-Enfin pour finir, nous notons l’aspect qui nous parait le plus évident : il s’agit de la dépigmentation à des fins esthétiques. En effet, avoir la peau claire en Afrique en générale et en Côte d’Ivoire en particulier reste un critère de beauté majeur. Les femmes avouent s’éclaircir la peau pour être belle, pour plaire. Une accusation reprise par la ministre ivoirienne de la Santé, Raymonde Goudou Coffie : « les Ivoiriens aiment les femmes qui brillent la nuit !Elles apportent la lumière, luisent dans la chambre » ironise-t-elle lors d’un entretien avec l’AFP en 2015.

De plus nous observons que  les femmes qu’elles ont pour modèles  ce qu’elles voient  à la télévision, dans les magazines, les chanteuses sont généralement des femmes blanches ou métisses (de teint clair). En ce qui concerne les hommes, voir les footballeurs ou les stars avec les tatouages.

Par ailleurs, un jeune Ivoirien du nom de Damien[1]qui s’est décoloré la peau m’a laissé entendre que : «  pour rendre visible les tatouages sur la peau, il fallait s’éclaircir la peau. » Ce qui laisse entendre que la prolifération des tatouages constitue l’une des raisons de la dépigmentation.

Les formes de dépigmentation

La dépigmentation artificielle de la peau revient à se blanchir la peau avec des produits cosmétiques et chimiques. Le phénomène est très courant et constitue un véritable problème de santé publique. Auparavant la dépigmentation de la peau se limitait à l’application de crèmes et lotion corporelles sur la peau à une fréquence très régulière. Mais avec le temps, des savons, des injections et des médicaments ont pris la relève, aggravant ainsi les risques de maladie liée à la dépigmentation artificielle.

La plupart des études menées sur le phénomène de la dépigmentation artificielle montrent que les produits utilisés sont des médicaments détournés de leur usage en l’occurrence les corticoïdes et l’hydroquinone, des produits très nocifs à la peau.

Divers autres produits tels que le carotène, la vitamine C, des acides de fruits et du mercure sont également utilisés selon une l’étude rapportée par l’Association internationale d’information sur la dépigmentation artificielle (AIIDA). Chez les couches sociales les plus défavorisées, la dépigmentation est faite de façon primaire avec l’utilisation notamment d’eau de javel ou de gel inconnu dont les teneurs chimiques sont très élevées.

Vue ce qui est susmentionnée, nous pouvons affirmer que plusieurs causes sont à la base de la dépigmentation des femmes et même des hommes. Par ailleurs quel est l’impact d’une telle pratique sur ses usagers ?

Le phénomène fait des ravages et aucun pays africain n’y échappe.

Les conséquences liées à la dépigmentation ?

La dépigmentation de la peau peut être associée à un développement favorable des maladies de la peau. Elle présente des risques dangereux chez ses utilisateurs sur le long comme sur le court terme. Parmi les conséquences, nous pouvons distinguer deux types de conséquences : les conséquences locales, celles qui se manifestent sur la peau, et les conséquences globales, celles que le commun des mortels imagine difficilement.

Concernant les conséquences locales, ce sont d’abord les brûlures de la peau, généralement responsables des grosses cicatrices sur les parties touchées.

C’est le résultat d’une application massive de pommades éclaircissantes. Il y a ensuite les allergies qui se manifestent par l’apparition de boutons sur tout le corps, de noirceurs, des parties de la peau exposées au soleil.

Dans bien des cas, ces allergies provoquent des pathologies nouvelles qui entrainent parfois la mort.

Quant-aux conséquences globales, ce sont les effets secondaires des cosmétiques que l’on s’applique sur la peau ou que l’on s’injecte directement dans le sang. Ces produits, provoquent des pathologies non transmissibles et dont l’incidence est grandissante : l’hypertension artérielle, les cancers de la peau, les insuffisances rénales. A ces pathologies émergentes, s’ajoutent, aujourd’hui, le risque de mettre au monde un enfant à croissance problématique, les problèmes osseux et la cécité.

En outre, la dépigmentation:

-assèche la peau, elle la rend fine et déshydratée ce qui entraine un vieillissement cutané très accélérée. De plus, la dépigmentation laisse des brulures cutanées sur le visage, les jambes et même au niveau des bras car les produits sont incompatibles avec le soleil. Ceci se manifeste par une peau morte et fatiguée qui vieillit plus vite que la normale ;

–  Les mauvaises odeurs corporelles ; la pue des pieds

– La coloration des ongles (ils noircissent)

– Les irritations des yeux

– L’hyperpilosité Des tâches d’acné accentuées

Il faut comprendre et prévenir les cancers de la peau noire peut être éclatante si l’on lui donne des soins adaptés. Cependant, il est primordial de dire non au complexe de la peau afin de ne pas mourir ou d’être à la merci de certaines maladies.

 

              

  KOFFI Amani

SOURCES IMAGES

1.https://www.akody.com/fashion-and-style/news/la-depigmentation-une-pratique-aux-consequences-multiples-276708

[1]Interrogé le 10 Mars 2018 à Yopougon à 17h13.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.