Home EDITORIAL LES GRANDES ENDÉMIES :Un problème de santé publique vieux d’un siècle en Afrique
EDITORIAL - septembre 22, 2018

LES GRANDES ENDÉMIES :Un problème de santé publique vieux d’un siècle en Afrique

Les maladies et les épidémies font depuis longtemps partie de l’evolution des peuples en Afrique. Les connaissances actuelles ne peuvent remonter avec précision les épisodes anciens de ces tragédies. Mais ce sont  les explorations des cotes africaines par les  européens pour le honteux trafic humain que va être notifié certaines épidémies. En effet, c’est au vue des décès en cascades des explorateurs et de leurs équipages venus conquérir le continent africain, que seront notifiés les cas d’épidémies en Afrique .Ce qui a valu à celui-ci de continent au climat délétère tombeau de l’homme blanc.

L’arrivée des médicaments comme l’écorce de quinquina découverte par les explorateurs espagnols au Pérou vers le XVII siècle et amélioré en 1820 par Caventou et Pelletier va améliorer la santé des colons et favoriser ainsi leur installation dans les territoires africains.

Cette installation suit la création des structures comme l’assistance médicale indigène créée par Galliéni en 1899 pour juguler les épidémies persistantes en Afrique sub saharienne.

A sa suite c’est la création des grandes endémies (maladies sociales qui règnent sous les tropiques et contre lesquelles des services spéciaux ont été crées).

Les grandes endémies crées, c’est la lutte de proximité  qui s’engage, des médecins militaires comme Jamot favorise les campagnes de dépistage mobile vers 1917 dans des pays comme le Cameroun.

Par ailleurs les années 1980 sont marquées par la recrudescence des endémies (maladie enracinés dans un écosystème particulier) sous formes d’épidémies. Mais l’émergence de nouvelles endémies comme les infections par le virus de l’immunodéficience Humaine (VIH) et certaines fièvres hémorragiques virales vont marquer la faiblesse des systèmes de santé africains. En effet les crises économiques suivant la dégradation des structures sanitaires, vont favoriser cette recrudescence.

Tous ces faits vont favoriser  la création des programmes de lutte, de nouveau concept associe équipe  mobile et lutte intégré .C’est l’époque de la mise en place des projets budgétivores.

De 1899 à 2018  le VIH, la tuberculeuse et le paludisme restent  les plus meurtrières en Afrique. Mais les programme de lutte créé  vont faire  régresser les chiffres, ainsi selon l’OMS, le taux de mortalité du au VIH va diminuer de moitié de 2005 à 2015, et celle du paludisme de 49 %.

Entre 2007 et 2016, six pays ont été certifiés exempts du paludisme et 13 autres ont signalé zéro cas locaux. Malgré cela, l’endémie touche encore plus de 90 pays, avec 200 millions de cas et 429 000 décès en 2015 selon les estimations.

Nonobstant cela, nous nous posons toujours des questions, pourquoi ces maladies persistent en Afrique ? Sommes-nous les seuls à connaitre les endémies ?

Pourtant les épidémies ne sont pas l’apanage du continent africain. En effet entre XVIe et XVIIIe siècles avait sévit en Europe l’épidémie de la peste et c’est par l’amélioration  des  conditions de vie (hygiène, nutrition, développement économique) qu’ils purent juguler celle-ci.

Ainsi l’organisation de nos systèmes de santé faisant suite à l’amélioration de nos économies, pourraient elles favoriser la chute de ces endémies ?

Selon Lapeyssonnie, qui  avait donné en 1979, une définition des Grandes Endémies (GE) africaines ; l’on trouve dans ce concept de maladies « sociales », les notions de sous développement et de gravité en santé publique.

La connaissance de l’historique de la lutte contre les endémies africaines permet de comprendre qu’au concept de Grandes Endémies est associée dans cette définition la notion de capacité de lutte.

Pourrait-on donc lutter efficacement contre ces grandes endémies ? Faire régresser les GE actuelles (VIH, PALUDISME,TUBERCULOSE) à un niveau suffisamment bas pour qu’elles ne représentent plus un problème de santé publique, devrait être l’objectif principal pour ce XXIe siècle.

Dr M. Biré

SOURCES:

  1. Pierre Aubry, Bernard Alex Gauzere, Grandes endémies Actualités  Trop. 2016,1-5
  2. Benjamin Kokou ALONOU, La politique sanitaire de l’organisation de coordination et de coopération pour la lutte contre les grandes endémies (OCCGE) 1960-1998 Revue du CAMES – Nouvelle Série B, Vol. 008 N° J-2007 (JO’ Semestre)
  3. Baudon D, Berger P, Meynard JB, Boutin JP et Louis FJ. Grandes endémies. Encycl Méd Chir
  4. (Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris, tous droits réservés), Maladies infectieuses, 8-001-E-10, 2001, 6 p.
  5. Rodhain F., Saluzzo J.F. Le mystère des épidémies. Editions Pasteur, 2005, 429 p.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

LE DIABÈTE DE ANTIQUITÉ A NOS JOURS

Le diabète est défini comme une augmentation de sucre dans le sang (hyperglycémie).Le nom …