Home LE SAVIEZ VOUS L’ACTION SANITAIRE A L’OREE DE LA COLONISATION EN COTE D’IVOIRE (1893-1925)
LE SAVIEZ VOUS - décembre 12, 2017

L’ACTION SANITAIRE A L’OREE DE LA COLONISATION EN COTE D’IVOIRE (1893-1925)

L’ACTION SANITAIRE A L’OREE DE LA COLONISATION EN COTE D’IVOIRE (1893-1925)

1 .Vaccination d’un village abbeye

Aujourd’hui, la question de la médecine en Côte d’Ivoire connait un véritable essor même si beaucoup reste encore à faire. En effet, la santé dans ce pays met à contribution plusieurs professionnels médicaux et paramédicaux.Par ailleurs, pour mieux appréhender la médecine aujourd’hui, il convient de voir, comment la médecine a débuté en Côte d’Ivoire avec l’arrivée du colonisateur.

Qui sont les agents de la santé ? Qui était la cible ? Quelles sont les structures sanitaires ?

Contrairement aux regards que l’on se fait de la colonisation ; elle  n’était pas uniquement  économique, stratégique, politique mais dans la mise en place de l’administration, le colonisateur a pensée à la santé en générale ce que nous pouvons appeler « la médecine occidentale. »

Comme le signale Danielle DOMERGUE dans son article, « les vingt premières années de l’action sanitaire en Côte d’Ivoire » in revue française d’Histoire d’Outre-mer, tome 65, no 238, 1 trimestre 1978, pp.40-63, affirme : « la création du service de santé de la Côte d’Ivoire remonte au 10 Mars 1895, mais celui-ci a véritablement fonctionné qu’à partir du décret du 04 Novembre 1903 portant organisation des services de santé coloniaux. Ce dernier décret fut complété par la mise en place en A.O.F le 08 février 1905 d’un service d’assistance médicale indigène (A.M.I). »

 

2 .Hôpital colonial de bingerville

Ainsi, avec la mise en valeur et l’installation de l’administration coloniale, on assiste à une organisation du service de santé qui est centralisée et articulée autour d’un docteur en médecine qui est en générale un médecin militaire. En effet, le but de cette organisation était de prendre en charge les patients qui sont avant tout les troupes coloniales et les colons ensuite viennent la masse de la population indigène pour des raisons humanitaires mais aussi économiques.

Par ailleurs, le système sanitaire comprenait d’une part une direction des services de santé militaires et d’autre part, une Inspection générale des services sanitaires et médicaux. La direction des services de santé militaire s’assurait du bon fonctionnement du service médical, des troupes, des établissements hospitaliers coloniaux, de la police sanitaire maritime.

L’Inspection générale des services sanitaires et médicaux avait été créée d’abord sous le nom d’Inspection des services sanitaires civils par arrêté du 16 janvier 1903. Elle a pris sa nouvelle appellation que lors du décret du 27 Août 1913. En dehors de ces deux organismes centraux, il existait au niveau de l’A.O.F une Ecole de médecine à Dakar appelée aussi Jules Carde, créée à la suite du décret du 14 janvier 1918 afin de former des médecins « auxiliaires » pour seconder les médecins coloniaux ainsi que des pharmaciens « auxiliaires » et des sages-femmes. Elle est inaugurée et dirigée par Aristide Le Dantec, directeur de l’hôpital indigène.

Presque tous les enseignants appartiennent au Corps de santé colonial puis en 1927 (date de création des concours internes), les chefs de service deviennent des agrégés du Corps. Les médecins sont par contre tous des médecins coloniaux.

Les élèves sont sélectionnés par un concours à l’Ecole William Ponty. Ils poursuivent une année de sciences fondamentales avant d’entrer à l’école de médecine. Il existe quatre sections :

·         médecine (4 ans d’études)

·         pharmacie (3 ans d’études)

·         sages-femmes (3 ans d’études)

·         vétérinaires (3 ans d’études) qui sera transférée à Bamako (Mali)

A côté de ces services il existait un institut de Biologie (28 Août 1920).

Toutefois, comment devenait-on un chef du service de santé ?

Dans chaque colonie, le médecin le plus ancien dans le grade le plus élevé devenait chef du service de santé qui comprenait :

·         L’A.M.I s(Assistance Médicale Indigène)

·         Les établissements hospitaliers

·         Les services sanitaires maritimes

·         Les services d’Hygiènes et de protection de la santé publique

·         Les laboratoires et les parcs vaccinogènes

Par ailleurs, il convient de noter que L’AMI créée en 1905 par le gouverneur général ROUME avait pour but de procurer aux populations indigènes des soins médicaux gratuits et des conseils d’hygiène générale.

La période 1893-1925 a été une période de structuration de la colonie de Côte d’Ivoire notamment au niveau médical. Toutefois, avec les nombreuses maladies qui existaient à cette période, le système sanitaire instauré par le colonisateur à réussir tant bien que mal par sa politique sanitaire d’endiguer quelques fléaux endémiques tels que le Choléra, la dysenterie, etc.

 

KOFFI Amani

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

MORTALITE MATERNELLE : QUELLES SOLUTIONS ?

Accouchement à domicile 614 décès maternel pour 100.000 naissances vivantes chaque année e…